Ecoute et Médiation

J’ai réussi mais ce n’est pas ma faute, promis !

J’ai réussi mais ce n’est pas ma faute, promis !

J’ai réussi mais c’est parce qu’ils me croient tous plus doué que je ne suis, parce que j’ai rencontré les bonnes personnes, parce que j’ai beaucoup de chance, parce que le timing a joué en ma faveur, parce qu’ils ne se sont pas encore rendu compte que je suis une fraude ambulante…Bon d’accord c’est un peu mais vraiment un tout petit peu grâce à moi !

Combien de personnes ont cette capacité à systématiquement attribuer leurs mérites à des conditions externes ? Cela ne vous est jamais arrivé ? Vous devez bien connaître quelqu’un comme ça !?

Parce que franchement, vous croyez, que dans notre monde, si vous avez des années d’expérience, tant de personnes, supérieures et subordonnées, vous auront laissé réaliser ce que vous avez à faire en toute confiance, vous permettant parfois de prendre votre place dans la hiérarchie juste en pensant que vous êtes un imposteur ?

Nous vivons dans une société où la fierté de soi est encore tabou tout simplement parce que la fierté est confondue avec l’égo. L’authentique fierté serait de s’accepter pleinement tel que l’on est et non tel que l’on se voudrait.

En effet, ce décalage entre la valeur que l’on se donne et l’exigence, souvent très haute, que l’on a vis-à-vis de soi-même s’appelle le syndrome de l’imposteur. C’est un pur problème de confiance et d’estime de soi.

Cette expérience d’imposture est une forme courante de dévalorisation profonde qui va faucher aussi bien les femmes que les hommes et qui va renforcer la croyance de ne jamais être à la hauteur au prix de maintes effets vicieux tels que le stress, l’anxiété, le sentiment de honte, la difficulté de demander de l’aide, un sentiment d’infériorité dominant, une difficulté à accueillir des compliments ou des gentillesses, une sur estimation de la valeur et de la compétence des autres.

Il y aura 2 stratégies pour « l’imposteur » pour dissimuler ce qui est vu comme étant la vérité :

  • En faire toujours plus : il faut bien compenser ce manque de compétences ;
  • En faire toujours moins : il faut justifier l’échec !

Être optimiste c’est un vrai défi, un vrai apprentissage DE SOI. Vous êtes perfectionniste, acceptez-le, ne luttez pas contre mais acceptez de le minimiser.

Appuyez vous sur le regard de l’autre, son vrai regard et poser un regard bienveillant sur vous-même.

Regardez tout ce que vous avez accompli et reconnaissez tout cela !

Ne vous comparez, vous êtes un être unique.

Oubliez le super man ou la wonder woman qui est en vous pour être vous, avec vos qualités, vos talents mais aussi vos faiblesses !

CM

 

Images

 

syndrome de l'imposteur