Cabinet de médiation

Mise en lumière du roman la médiation d'Adèle de Claire Bonnelle

Claire Bonnelle est médiatrice et formatrice formée au Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM) de Paris.

Elle travaille depuis 2005 dans un service de la Drôme pour des médiations familiales judiciaires ou conventionnelles.

Elle a déjà écrit, en 2016, un ouvrage clef sur la médiation La dynamique du conflit au cœur de la pratique d’une médiatrice familiale.

Elle est sensibilisée sur les questions environnementales et a écrit plusieurs ouvrages sur les plantes et les paysages du Vercors.

Dans la médiation d’Adèle (Erès 2019), Claire Bonnelle déroule habilement ce qu’un travail de médiation peut amener sur la qualité de la relation d’un couple, déchiré sur la garde de leurs 2 enfants, en plein milieu d’un processus de séparation.

Je parle bien de processus de séparation car dans cette histoire Myriam et Olivier sont déjà en instance de divorce devant le juge aux affaires familiales. C’est d’ailleurs ce juge qui les invite à rencontrer Adèle, une médiatrice.

Au commencement de la lecture, il serait facile de se dire que Myriam qui récolte des plantes médicinales et Olivier qui construit des maisons écologiques, qui ont quitté la ville, qui consomment le moins possible et au plus près de la nature, qui acceptent la médiation ne sont qu’un cliché, une caricature d’un couple écolo, doux rêveur, rêvant d’une autre société et que par conséquent, c’est la raison pour laquelle ils acceptent cette médiation.

Un(e) jeune citadin(e), cadre dynamique, geek ou adorant la vie en ville ne s’y reconnaîtra peut-être pas forcément. Mais à la réflexion c’est le monde de Claire Bonnelle. C’est juste un exemple de vie.

On se laisse gagner au fil des chapitres, des jours par les rendez-vous avec la médiatrice, par les changements que cela insuffle. On souffre avec Myriam et Olivier. Puis, doucement, après la rage, ils se parlent, s’écoutent, expriment leurs doutes et transforment, grâce à Adèle, leur relation. Adèle qui est tout en discrétion et en écoute.

Et même s’ils ne se mettent pas d’accord sur tout à la fin de la médiation. Ils sont d’accord pour accepter ce qui les sépare sur leurs enfants. Car c’est aussi cela la médiation ! Ils sont maintenant devenus, grâce à la médiation, deux âmes distinctes qui réussissent à communiquer et espérons le à se reconstruire.

Je vous le conseille !